Littérature & société

Tous les articles (3)
  • Un bilan riche et varié

    3
    Par CLAIRE JOLIVEL, publié le jeudi 30 juin 2016 16:57 - Mis à jour le jeudi 30 juin 2016 16:57

    Dans le cadre de l’enseignement d’exploration Littérature et Société, les élèves ont travaillé sur deux thèmes cette année.

    Le premier semestre a été consacré à une thématique spécifique de cet enseignement : « Regards sur l’autre et sur l’ailleurs ». Dans ce cadre, ils ont bénéficié d’une rencontre organisée par la Villa Gillet lors du festival Mode d’emploi. Le débat rassemblait l’historien Romain Bertrand et l’écrivain, prix Goncourt 2016, Mathias Enard. Nos élèves ont rencontré Mathias Enard à la bibliothèque de Vénissieux. Ils avaient lieu préalablement son roman Parle leur de batailles, de rois et d’éléphants qui avait reçu le prix Goncourt des lycéens en 2010. Dans ces romans, Mathias Enard décrit l’Orient et les rencontres qui s’y produisent. Les livres de Romain Bertrand portent sur l’histoire connectée.

    Après avoir travaillé en classe sur ces thèmes, les élèves ont rédigé des édito et en ont réalisé une synthèse qui a été publié sur le blog de la Villa Gillet.

    Ces activités et leur préparation nous ont occupé les 3 premiers mois de l’année et les déplacements concernés ont été pris en charge par la Villa Gillet, directement.

    Pour compléter ce travail, les élèves ont visité le musée des Confluences en fin d’année 2016, déplacement payé grâce à une subvention EURÊKA. Grâce à l’organisation d’une visite, ils ont abordé différentes thématiques sous l’angle des cultures, de l’art et de l’ethnologie. Durant ce premier semestre, les élèves ont réalisé des dossiers de synthèse regroupant notamment des travaux d’écriture sur le thème de l’autre, de l’ailleurs et de la rencontre.

     

    Le second semestre a été consacré à une thématique spécifique de cet enseignement : « Ecrire pour changer le monde : l’écrivain et les grands débats de société ». Dans ce cadre, ils ont bénéficié d’un échange avec l’Institut d’Urbanisme de Grenoble. L’urbanisme apparaît en effet, comme une entrée abordable pour les élèves : ils peuvent décrire leur cadre de vie, leur environnement, les aménagements urbains… Au préalable, en classe, nous avons travaillé sur des textes concernant la ville et son aménagement. Ils ont rédigé des textes à partir d’images extraites du film Métropolis. Grâce à l’IUG, ils ont collaboré aux travaux d’étudiants en master. Lors d’une sortie-terrain, ils ont pris des photos qu’ils ont commentées et localisées sur des cartes à différentes échelles. Ils ont rédigé des textes sur les aménagements idéaux qu’ils voudraient voir réalisés dans leur ville. Ils ont aussi réalisés des collages. L’ensemble a été présenté aux habitants de la Vallée du Gier lors d’une soirée restitution préparée par les étudiants du master. Deux élèves de notre groupe « Littérature et Société » ont participé à une partie de la présentation. Ces échanges lycéens-étudiants sont très positifs : les lycéens prennent confiance dans un cadre hors de la classe, dans des réalisations plus créatives (photos, collages, dessins) qui les valorisent. L’urbanisme permet d’aborder les aspects multiples d’une utopie aux conséquences pratiques immédiates.

    Aucun frais n’a été engagé ici : les étudiants se déplaçant gratuitement avec leur professeur. C’est l’Imprimerie Théâtre de Rive-de-Gier qui a accueilli ces rencontres gracieusement.

    La thématique des utopies a été complétée grâce au film « Demain ». Nos élèves ont écrit des textes sur leur monde idéal et la nécessaire prise en compte du développement durable. En fin d’année scolaire, une sortie d’une journée a été organisée avec la visite de la Grotte Chauvet abordée sous deux angles : la découverte d’utopies préhistoriques et le développement d’un aménagement touristique qui a été perçu à son origine comme une utopie politique. La journée s’est poursuivie au Vieil Audon, village coopératif, reconstruit lors de chantiers de jeunesse et aujourd’hui animé par l’Association Le Mat qui présente ainsi son activité : « Plus de 11 000 volontaires ont participé à la reconstruction du hameau, dont certains ont choisi d’en devenir les habitants d’aujourd’hui. La ferme (animaux, vergers et jardins maraîchers) est un exemple de gestion durable et raisonnée des ressources sur un territoire de garrigue. Agriculture, accueil, éducation, animation, formation sont les bases du développement du projet de l’Association le Mat, où les modes de vie et les choix de consommation nourrissent la réflexion et la pédagogie. » Pour préparer cette journée, les élèves avaient réalisé des carnets de voyage décorés et ludiques. Cette sortie a été financée grâce à une subvention EURÊKA : le déplacement des élèves mais aussi la participation d’intervenants lors de la visite de la Grotte Chauvet.

    Une de nos élèves, Constance Bourbon a rédigé un texte sur ces découvertes de l’année :

    « Notre année de Littérature et Société a été ponctuée de découvertes. Au musée des Confluences nous avons pu voir de nombreux objets d'autres cultures et d'autres sociétés. Par son architecture moderne, le musée des Confluences nous a ramené à notre collaboration avec les étudiants en urbanisme de Grenoble avec lesquels nous avons pu nous sentir utiles en rapportant nos idées pour améliorer la ville de Rive-de-Gier où beaucoup d'élèves résident. Nous avons aussi pu découvrir, à travers des photos, la ville d’autrefois en les jumelant avec celles des lieux actuels.

    Lors d’une journée de découvertes, la préhistoire nous a été racontée au travers de fresques à la grotte Chauvet. Plongés dans une atmosphère sombre, nous avons sillonnés dans le temps pour observer la façon de vivre, de chasser et de se protéger, de nos ancêtres à travers les peintures. La visite nous ayant passionné, l'heure d'explications nous a paru trop courte. Enfin, l'après-midi, nous avons marché sous la chaleur accablante jusqu'au hameau du Vieil-Odon pour découvrir un mode de vie plus sain pour la nature : nourriture bio produite par les habitants voire les paysans des alentours, toilettes sèches, vie en communauté... Nous étions fatigués sur le trajet du retour à cause de la journée, mais nous avons tous étés émerveillés et contents de ce beau voyage. »

    Auvergne - RhôneAlpes

  • Rêver Rive-de-Gier

    1
    Par Carine Ogounchi, publié le mardi 5 avril 2016 10:00 - Mis à jour le mardi 5 avril 2016 10:02

    Dans le cadre de l'enseignement "Littérature et société", nos lycéens de seconde ont mené un travail collaboratif avec les étudiants de master de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble.

    Encadrés par deux enseignantes de lettres et d'histoire, vous pouvez retrouver le fil de leur travail en pièce jointe.

    Une présentation a eu lieu le 14 Mars à l'Imprimerie théâtre et la presse en parle :

    http://www.leprogres.fr/loire/2016/03/17/les-etudiants-grenoblois-presentent-les-perles-du-gier

  • Sortie au stade Geoffroy Guichard

    Par YAEL MONTET BERTHEAS, publié le dimanche 12 juillet 2015 21:40 - Mis à jour le dimanche 12 juillet 2015 21:40

    Lors de cette fameuse sortie du mercredi 10 juin 2015, organisée par notre professeur d'Histoire et Géographie Mme Jolivel et par son fameux ami du lycée, M. Roux, mais aussi par le professeur de Français M. Bentivegnia, nous nous sommes rendus au célèbre stade Geoffroy Guichard pour visiter et découvrir les nombreuses et diverses modifications et améliorations apportées par les travaux de rénovation.

    Après un long voyage d’une heure en bus (assez confortable), nous sommes arrivés devant le stade de St. Étienne. Nous avons pu constater que les routes aux alentours étaient toutes en rénovation pour, a priori, une meilleure fluidité de transports entre le parking et les différentes voies de circulation à travers la ville.

    Puis nous avons été accueillis par le chef de la direction des travaux de rénovations qui nous a fait un très long topo bien détaillé sur ce stade et toutes les rénovations qu'il a subies pour l'Euro 2016 qui approche à grands pas.

    Dans cette présentation, j'ai pu noter tous les éléments importants, les raisons et les moyens qui ont permis la rénovation complète du stade. Geoffroy Guichard a en effet trois bonnes raisons d'être rénové :

    • pouvoir accueillir 42 000 personnes ;

    • améliorer l’accueil des personnes handicapées ;

    • avoir une organisation et une sécurité très efficaces.

    Nous avons aussi découvert les évolutions depuis 1930 de ce stade entouré par les usines, construit en plein site industriel, et dont le nom provient de celui du PDG du grand magasin Casino. Grâce aux photos diffusées sur le diaporama, j'ai constaté cette transformation fantastique. Construit initialement en pleine périphérie, il s'est fait envahir par la métropole de St. Étienne au fil du temps. Aujourd'hui, il est relié à plusieurs lieux de divertissement comme par exemple le très célèbre Soccer Five ou encore des restaurants, cette localisation apporte un contexte urbain très favorable pour les spectateurs qui peuvent se déplacer très facilement dans la ville et se divertir avant ou après un match.

    42 000 : c'est le nombre de spectateurs que peut accueillir le nouveau stade Geoffroy Guichard en référence au numéro du département de la Loire (42). Il dispose aussi d’une installation vidéo pour les supporters malchanceux qui n'auraient pas eu de place.

    Selon le chef de la direction des travaux de rénovations, il peut accueillir d’autres grands événements. Je pense aussi la même chose car ce stade est pour moi tout simplement mythique.

    En terme de développement durable : « c'est plus intéressant et moins cher de rénover que de reconstruire ». De plus, Geoffroy Guichard est une entité publique dotée d’une grande renommée. Il serait dommage de se séparer du site historique : il appartient à tout le monde !

    L'ancien stade était constitué de 4 tribunes séparées. Après rénovation, il contient aujourd'hui 4 tribunes couvertes et reliées, dont une est recouverte par des panneaux photovoltaïques. Nous pouvons affirmer en toute fierté qu’il dialogue avec la ville mais aussi avec la nature, grâce aux ouvertures qui permettent aux spectateurs de découvrir Saint-Etienne, mais aussi le Pilat.

    Ce stade est doté de 42000 places très proches du terrain, pour offrir une vue d’une qualité parfaite sur le déroulement du jeu. 3000 places sont destinées aux VIP, 37 loges sont panoramiques, 126 places sont réservées aux déficients visuels et 126 autres encore pour les handicapés mentaux. Des buvettes et des sanitaire neufs et modernisés sont présents. L’ensemble assure aussi plus de fonctionnalité pour les journalistes (NTIC) ou l’exercice de la sécurité (locaux de la police). Une plus grande accessibilité existe avec des ascenseurs. Enfin, un nouveau musée dédié à l'histoire de l'ASSE a été ouvert.

    On note aussi une belle touche design inspirée de l’histoire du lieu (le chaudron), un gros travail de visibilité de la part des architectes, pour qu’aucune gène ne vienne gâcher la visibilité du jeu (surtout pour les entraîneurs des deux équipes). Pour leur sécurité, les fans des deux équipes qui s'affrontent sont nettement séparés, mais ils disposent du même confort (séparation de parking, tribune, buvette, etc.). A l'extérieur du stade il y a aussi un petit bonus, une belle et grande pelouse publique pour les pique-nique d'avant match ! 

    Au final, il a fallu trois ans et demi de rénovations pour ce beau stade très moderne et je dirais même presque parfait (car la perfection n'existe pas).

    Après une présentation d'une heure, nous sommes passés à la visite, de fond en comble, intérieur et extérieur, pour voir toutes les améliorations apportées. L'extérieur est de couleur verte et grise avec des décorations de partout pour rappeler l'ASSE. Les parkings pour la police et les visiteurs qui sont côte à côte, sont aussi complètement fermés par des murs en tôle pour des raison de sécurité. Chaque entrée de tribune a un nom différent.

    Les parkings des fan de l'ASSE, les voies de circulations, la grande pelouse publique sont encore en construction. Nous n'avons pas pu visiter, mais on nous a montré le quartier où se trouve le service interne du stade (Poste de police, Infirmerie, Poste de contrôle des caméras de vidéosurveillance, etc.), L'intérieur est très moderne : "tout a été refait !" nous affirme le chef de la direction des travaux de rénovation. Il y a des  photos des anciens joueurs et aussi des moments historiques du club de l'ASSE sur les murs.

    Moment clé de la visite, nous sommes entrés dans les vestiaires des joueurs avec leur casier nominatif aux couleurs dégradés de vert.

    Et c'est ainsi que s'achève notre visite dans ce stade merveilleux de Saint-Étienne ! J'ai été très heureux de le visiter et j'espère y aller quand tous ces travaux seront enfin finis pour assister à un match de l'Euro 2016.

    Je remercie toutes les personnes qui ont rendu cette sortie possible.

    Enes Kaya, élève de 2nde 5

     

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs